Le Mécapa de toutes les surprises

Jeudi 7 décembre, cela aura été la douche froide pour les acteurs à la vente.

Ce jour se traitait une enchère de capacité négociant le contrat de livraison 2025 (AL2025) mais surtout la dernière enchère avant l’année de livraison 2024 (AL2024), déterminant le prix de référence des écarts PREC pour l’année. Alors que ce PREC était de 60k€ /MW/an pour AL2023 et que les certificats AL2024 s’échangeaient autour de 35 k€/MWh, l’heure du changement était arrivée. Et quel changement ! Le prix de la capacité s’est vu divisé par 10, à seulement 6.2 k€/MW pour 2024

Notre expert de HES vous explique les raisons de cette forte chute du prix de la capacité et de la necessité d’un accompagnement par des experts pour la mise en place d’une stratégie dans les ventes ou achats de certificats de capacité.

Si nous avions depuis plusieurs mois déjà fait l’analyse d’un marché globalement long, et observé un prix du palier nucléaire très bas, nous n’aurions pas présumé que ce palier fixerait le PREC.

Si le nucléaire a effectivement été mis à l’enchère comme prévu à 6.3 k€/MW (avec un volume de plus ~3.6GW), la surprise a surgi côté achat : l’offre d’achat à tout prix s’est évaporée (en 2022, on avait observé une demande à tout prix de circa 12 GW, et celle-ci est aujourd’hui de 5.9 GW, soit 6.1 GW de moins).

Il est vrai qu’EdF abordait l’enchère en position plus longue qu’à l’accoutumée :

  • EdF Acteur certifié (production) apparaissait plus long d’environ ~2 GW par rapport la même enchère pour AL 2023 en décembre 2022
  • EdF Acteur Obligé (fournisseur) était, selon nos estimations, long de ~2.2 GW

Mais cela n’explique que partiellement la disparition de l’achat à tout prix (4.2 GW sur les 6.1 GW constatés) …

Si la contribution des interconnexions n’avait pas été réduite à ~7.4 GW (contre 8.3 GW possibles), le résultat de l’enchère aurait même pu plonger à 1.5 k€/MW pour AL2024 !

Il est fort probable que la pénurie d’offre à tout prix trouve son origine dans un changement de politique d’EDF.

Cette hypothèse pour AL2024 est d’autant plus vraisemblable qu’on peut l’observer sur l’enchère AL2025 : en lieu et place des habituels paliers nucléaire et Obligation d’achat, on constate un bloc de presque 15 GW AL2025 offerts à un prix suivant une courbe logarithmique.

En face, les acheteurs semblent dans l’expectative d’une baisse de prix :  la demande au-delà de 20 k€/MWh a notamment fondu de ~0.2 GW depuis novembre.

In fine, pour AL2025, le prix d’équilibre s’est conclu à 9.4 k€/MW, bien loin des 25 k€/MW observés en novembre.

Alors que s’amorce le Mécapa post 2026, c’est un véritable tournant pour ce mécanisme.

Entre une baisse de demande dont les effets à la pointe de consommation sont encore mal modélisés, un changement de positionnement des acteurs, et une baisse de prix drastique, pourrait se poser la question de la nécessité de ce mécanisme pour le système français.

Mais ce nouvel équilibre reste pour l’heure assis en dessous d’une épée Damoclès, avec la disponibilité du parc nucléaire dans le rôle du crin du cheval de Denys (voir à ce sujet notre note: Une couverture énergétique fragile pour cet hiver ).

Tout n’est pas joué donc : la baisse de la demande à tout prix observée pour AL2024 (-6.1 GW) pourrait se répercuter partiellement par une hausse de la demande dans les prochaines enchères AL24.

Il faudra surtout désormais suivre attentivement l’évolution de la nouvelle stratégie de positionnement du nucléaire par l’acteur dominant, et les communications du TSO.

Les clients de HES ont déjà pu anticiper ces mouvements de marché dans leurs ventes ou achats de certificats de capacité (avec un impact économique substantiel !). Cependant, les prix de la capacité resteront volatiles pour les enchères à venir, et une stratégie adaptée continuera de permettre des économies importantes. Nous sommes là pour vous aider à la construire.

Enea Albertoli & Guillermo Llanos Macías 

Suscribe to our Newsletter

Each month, one of our experts publishes an article describing his view on a specific topic of the constant changes taking place in the energy market, with special focus on the French market.

S'abonner à notre newsletter

Chaque mois, un de nos experts publie un article décrivant son point de vue sur un sujet spécifique choisi parmi les changements constants affectant le marché de l’énergie, avec un focus particulier sur le marché français.

Expérience professionnelle

Céline, jeune active dynamique, a fait ses premiers pas dans le monde du travail dans le domaine du tourisme en tant que community manager au Loups du Gévaudan, en Lozère. En rejoignant l’équipe HES en novembre 2021, elle a souhaité diversifier ses connaissances : se former dans le secteur énergétique, se spécialiser dans les stratégies marketing afin de développer les relations clients de l’entreprise ; tout en approfondissant ses compétences en coordination et gestion de projets.

Formation

Céline est diplômée d’une double licence Espagnole – Anglais en Langue, Littérature et Civilisation Etrangère à la Sorbonne IV (2018). Elle a aussi obtenu un Master II en Direction de Projets ou Etablissements Culturel, spécialité Tourisme International. Elle a également étudié à l’étranger, à University of London (Angleterre) et Universidad de Morón (Argentine).

Céline Haya Sauvage

Responsable Marketing

DSC_0323

Conseil en investissement

« La décarbonisation des secteurs de l’énergie et des transports est sans doute aujourd’hui le principal moteur économique de l’industrie. »

Expérience professionnelle

Il a débuté sa carrière dans le génie civil en tant que chef de projet en France, en Martinique et en Australie. Par la suite, il devient directeur général d’une filiale au Venezuela. En 1992, il crée une filale pour Dalkia en Allemagne (chauffage urbain, cogénération et partenariats) et représente Véolia en Thaïlande. En 2000, il a ouvert le bureau commercial d’Endesa en France pour profiter de la libéralisation du marché de détail. A partir de 2006, en tant que responsable du développement chez Endesa France, il a dirigé le plan d’Endesa pour la production à cycle combiné gaz en France et a simultanément développé le portefeuille éolien et photovoltaïque de la Snet. Philippe Boulanger a ensuite travaillé pendant 3 ans au siège d’E.ON pour coordonner les activités de l’entreprise en France. Il a été fortement impliqué dans le projet français de renouvellement de la concession hydroélectrique. En tant que Senior Vice President – Project Director chez Solvay Energy Services d’avril 2012 à février 2014, il était en charge des projets de déploiement H2/Power to gas et d’accès direct au marché européen. Philippe est un expert pour HES depuis 2014.

Formation

Philippe Boulanger est ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts & Chaussées (France) et possède une expérience combinée de plus de 25 ans en énergie et infrastructures. En plus de l’anglais, M. Boulanger parle couramment le français, l’allemand et l’espagnol.

Philippe Boulanger

Electricity Expert

HES-Philippe-Boulanger
« Le monde est en train de changer. De nouveaux investisseurs accordent une attention particulière au secteur de l’énergie alors que les acteurs historiques adaptent leur position sur le marché. »

Expérience professionnelle

Antonio a commencé sa carrière dans le secteur de l’électricité en 1991 en tant que membre de l’équipe du directeur général de Sevillana de Electricidad (Espagne). En 1997, il était responsable de la réglementation commerciale chez Endesa Distribution. En 2000, il rejoint le département M&A européen d’Endesa. Il a été nommé CEO d’Endesa Power Trading Ltd en 2003. En 2004, il devient Directeur de la gestion de l’énergie de la SNET (France) et en 2008, il est nommé Directeur Général de cette société. En 2009, il a occupé le poste de Directeur du Développement Entreprise d’E.ON France. En 2011, il a fondé Haya Energy Solutions (HES), une société de conseil qui aide les entreprises à optimiser leur chaîne de valeur : de la définition de la stratégie aux opérations quotidiennes, en s’appuyant sur une solide expérience et une bonne compréhension de l’industrie de l’énergie. De 2015 à 2018, Antonio a été Président de Celest qui opère 2 CCGT françaises (420MW chacune), détenues par KKR. Fin 2018, il rejoint Asterion Industrial Partners, un fonds d’investissement dédié aux infrastructures, en tant que partenaire opérationnel.

Formation

Ingénieur industriel de l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs de Séville (Espagne) et titulaire d’un MBA de Deusto (Espagne).

Antonio Haya

PDG