The block is ticking

Nouvelle année oblige, nous nous tournons aujourd’hui vers l’avenir, et plus particulièrement vers l’un des “game changers” qui pourraient profondément modifier le monde de l’énergie. Lorsqu’il est question de Blockchain, la question la plus fréquente est « qu’est-ce que c’est, le Blockchain ? ».

En fait, tout le monde en a entendu parler : C’est la technologie disruptive qui se cache derrière le Bitcoin. Si cette dernière application du Blockchain a pris une ampleur telle que les cours des crypto-monnaies numériques entrent désormais dans le cadre des indices les plus suivis par les bourses, la technologie de blockchain pourrait avoir un impact au moins aussi saisissant sur tous les aspects du monde de l’énergie.

Si la première application de la blockchain a été la désintermédiation financière, la suppression d’intermédiaire entre deux acteurs peut s’appliquer à bien d’autres domaines. Décryptage de quelques champs d’application possibles de cet Internet dédié aux transaction sécurisées.

Une BlockChain c’est une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle. C’est en quelque sorte une base de données distribuée répliquant l’historique des échanges (d’énergie par exemple) dans chaque nœud qui compose le réseau. Après un processus automatique de validation, les échanges sont certifiés, cryptés et ajoutés dans la chaine de blocs.

Une blockchain est donc, selon les termes de Wikipédia, un registre distribué et sécurisé de toutes les transactions effectuées depuis le démarrage du système réparti.

Crédit image : Ferréol GODEBARGE, ROSSAT Romain, Engie

Un exemple parmi d’autres : En utilisant les compteurs comme nœuds de réseau, la blockchain permettrait la mise en œuvre de plusieurs réseaux virtuels sur le réseau public d’électricité. Des expériences sont déjà en cours, dans le domaine de la recherche bien sûr, mais aussi opérationnellement avec nombre de start-ups à travers le monde (LO3 Energy, Consensus Systems ou Drift aux USA, Power Ledger en Nouvelle-Zélande, WePower en Estonie, Evolution Energie, Ponton ou SunChain en France, etc) qui suscitent l’intérêt des grands groupes du secteur (Edf, Engie, Vattenfall, E.On ou encore RWE). En Chine aussi, le blockchain se développe à l’ombre du solaire.

Une révolution pour la valorisation de la production d’énergie et la distribution…

Le vrai changement pour le monde de l’énergie, c’est le smartgrid rendu possible avec notamment une autoconsommation « délocalisée », l’énergie pouvant ainsi être utilisée en un point de consommation différent du site de production. Un concept qu’avait anticipé l’ordonnance de juillet 2016 en définissant l’autoconsommation collective. L’autoconsommation peut ainsi être mutualisée sur plusieurs sites distants, et même délocalisée aux véhicules électriques via des bornes de recharge connectées.

Plus encore, via Internet Of the Objects et les compteurs intelligents connectés, le blockchain permet d’envisager d’automatiser la mesure, la maintenance, la facturation, et l’archivage des quantités produites et consommées, la documentation de l’état d’installations de production et la tenue des registres de certificats d’authenticité pour l’électricité verte ou d’attestations de quotas de CO2…

Mais aussi un bouleversement des échanges commerciaux

Le trading et le courtage d’énergie pourraient eux aussi être considérablement bousculés par le blockchain. A terme, le pilotage automatisé de systèmes d’énergie décentralisés, via les « smart contracts » que permet la blockchain, Ce mode d’intermédiation contractuel nouveau, évidemment lié à une évolution réglementaire, est déjà à l’œuvre au Canada avec le lancement Blockchain Power Trust, et d’autres lui emboîtent le pas.

C’est donc sans doute dans ce dernier domaine que cette technologie pourrait apporter le plus rapidement des avancées majeures au monde de l’énergie. La possibilité de construire de produits complexes et non-standardisés, les transactions impliquant plusieurs acheteurs et vendeurs, la transparence des échanges : autant d’avancées qui amélioreraient la liquidité du marché et rééquilibreraient les échanges entre producteurs et consommateurs. En permettant la mise en relation sécurisée d’un grand nombre d’acteurs et de leurs données, le blockchain devrait à terme redéfinir le courtage en énergie pour l’emmener vers l’infini et au-delà.

Avec quelques obstacles

Un bémol toutefois : selon les commodités, le blockchain peut être le moyen d’introduire plus de complexité et, in fine, moins de lisibilité dans les transactions. La simplicité d’entrée de nouveaux acteurs avait déjà été, en 2006, l’instrument du plus grand carrousel TVA avec la fraude aux quotas CO2…

Si elle permettrait de se passer d’acteurs centralisés pour coordonner les échanges, la technologie du Blockchain repose sur la confiance dans le système de contrôle distribué et pose d’évidentes questions de gouvernance et de souveraineté.

Et pour qu’advienne cette révolution du blockchain, il faudra d’abord résoudre un problème qui fait déjà polémique pour son application actuelle : le Bitcoin. Et l’enjeu est de taille, car le Bitcoin a paradoxalement presqu’autant besoin de l’énergie que la réciproque. Mais à quoi est utilisée cette énergie ? A calculer.

C’est la clef de la sécurité de cette technologie : la blockchain est comme une base de données distribuée et partagée par tous les nœuds d’un réseau (des ordinateurs ou serveurs). Les transactions y sont groupées en blocs qui sont ajoutés à la « base de données » en les liant l’un à l’autre, à la manière d’une chaine. Quand un nœud soumet une nouvelle transaction, avant de l’ajouter à la chaine il faut vérifier que ce nouveau bloc est compatible avec l’ensemble de la chaine préexistante : c’est le « minage ».

Crédit image : FollowMyVote

Cette vérification de l’intégrité de la chaine et le traitement des erreurs nécessitent en effet une énorme capacité de calcul, fournie par les « mineurs », des nœuds de capacités de calcul distribuées (et rétribuées). En 2017, le minage de la seule monnaie virtuelle « Ethereum » a consommé autant d’énergie qu’un pays comme Chypre, et celui du Bitcoin (essentiellement localisé en Chine) nécessite plus de 29 TWh, soit l’équivalent de 3 centrales nucléaires ! Un tel système est donc inadéquat pour des micro-transactions énergétiques quand le coût énergétique du traitement de la transaction par la blockchain devient supérieur à la quantité d’énergie échangée. Les blockchains dédiées à l’énergie devront donc s’attacher à consommer le moins d’énergie possible.

Jean Charles Bissié

Suscribe to our Newsletter

Each month, one of our experts publishes an article describing his view on a specific topic of the constant changes taking place in the energy market, with special focus on the French market.

S'abonner à notre newsletter

Chaque mois, un de nos experts publie un article décrivant son point de vue sur un sujet spécifique choisi parmi les changements constants affectant le marché de l’énergie, avec un focus particulier sur le marché français.

Expérience professionnelle

Céline, jeune active dynamique, a fait ses premiers pas dans le monde du travail dans le domaine du tourisme en tant que community manager au Loups du Gévaudan, en Lozère. En rejoignant l’équipe HES en novembre 2021, elle a souhaité diversifier ses connaissances : se former dans le secteur énergétique, se spécialiser dans les stratégies marketing afin de développer les relations clients de l’entreprise ; tout en approfondissant ses compétences en coordination et gestion de projets.

Formation

Céline est diplômée d’une double licence Espagnole – Anglais en Langue, Littérature et Civilisation Etrangère à la Sorbonne IV (2018). Elle a aussi obtenu un Master II en Direction de Projets ou Etablissements Culturel, spécialité Tourisme International. Elle a également étudié à l’étranger, à University of London (Angleterre) et Universidad de Morón (Argentine).

Céline Haya Sauvage

Responsable Marketing

DSC_0323
« La décarbonisation des secteurs de l’énergie et des transports est sans doute aujourd’hui le principal moteur économique de l’industrie. »

Expérience professionnelle

Il a débuté sa carrière dans le génie civil en tant que chef de projet en France, en Martinique et en Australie. Par la suite, il devient directeur général d’une filiale au Venezuela. En 1992, il crée une filale pour Dalkia en Allemagne (chauffage urbain, cogénération et partenariats) et représente Véolia en Thaïlande. En 2000, il a ouvert le bureau commercial d’Endesa en France pour profiter de la libéralisation du marché de détail. A partir de 2006, en tant que responsable du développement chez Endesa France, il a dirigé le plan d’Endesa pour la production à cycle combiné gaz en France et a simultanément développé le portefeuille éolien et photovoltaïque de la Snet. Philippe Boulanger a ensuite travaillé pendant 3 ans au siège d’E.ON pour coordonner les activités de l’entreprise en France. Il a été fortement impliqué dans le projet français de renouvellement de la concession hydroélectrique. En tant que Senior Vice President – Project Director chez Solvay Energy Services d’avril 2012 à février 2014, il était en charge des projets de déploiement H2/Power to gas et d’accès direct au marché européen. Philippe est un expert pour HES depuis 2014.

Formation

Philippe Boulanger est ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts & Chaussées (France) et possède une expérience combinée de plus de 25 ans en énergie et infrastructures. En plus de l’anglais, M. Boulanger parle couramment le français, l’allemand et l’espagnol.

Philippe Boulanger

Electricity Expert

HES-Philippe-Boulanger
« Le monde est en train de changer. De nouveaux investisseurs accordent une attention particulière au secteur de l’énergie alors que les acteurs historiques adaptent leur position sur le marché. »

Expérience professionnelle

Antonio a commencé sa carrière dans le secteur de l’électricité en 1991 en tant que membre de l’équipe du directeur général de Sevillana de Electricidad (Espagne). En 1997, il était responsable de la réglementation commerciale chez Endesa Distribution. En 2000, il rejoint le département M&A européen d’Endesa. Il a été nommé CEO d’Endesa Power Trading Ltd en 2003. En 2004, il devient Directeur de la gestion de l’énergie de la SNET (France) et en 2008, il est nommé Directeur Général de cette société. En 2009, il a occupé le poste de Directeur du Développement Entreprise d’E.ON France. En 2011, il a fondé Haya Energy Solutions (HES), une société de conseil qui aide les entreprises à optimiser leur chaîne de valeur : de la définition de la stratégie aux opérations quotidiennes, en s’appuyant sur une solide expérience et une bonne compréhension de l’industrie de l’énergie. De 2015 à 2018, Antonio a été Président de Celest qui opère 2 CCGT françaises (420MW chacune), détenues par KKR. Fin 2018, il rejoint Asterion Industrial Partners, un fonds d’investissement dédié aux infrastructures, en tant que partenaire opérationnel.

Formation

Ingénieur industriel de l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs de Séville (Espagne) et titulaire d’un MBA de Deusto (Espagne).

Antonio Haya

CEO