Exception ibérique : bilan d’une année particulière

Le Décret Royal 3/2023 du 28 mars dernier a approuvé l’extension de l’exception ibérique, ce mécanisme qui permet à l’Espagne et au Portugal d’« intervenir » sur le marché de l’électricité afin de réduire l’impact de la crise énergétique sur les consommateurs finals. A l’époque, cette nouvelle a eu un grand retentissement, faisant les choux gras de la presse qui, sans bien comprendre l’objectif de ce mécanisme, publiaient les résultats du marché journalier annonçant des records.

La nouvelle de la prolongation est, cependant, passée presque inaperçue. L’attention se porte désormais sur d’autres sujets et l’intérêt pour le marché de l’électricité s’est estompé, peut-être parce que les prix ne sont plus aussi élevés qu’auparavant. Mais, sait-on vraiment quel a été l’impact de ce mécanisme sur le consommateur final, et cette mesure a-t-elle atteint son objectif ?

Dans cet article, nous tenterons de répondre à ces questions.

Le 15 juin 2022, l’exception ibérique est entrée en vigueur, pour une durée initiale de 12 mois. L’idée était simple ; limiter le prix des offres de production thermique afin de réduire le prix marginal du marché. En théorie, le consommateur paiera moins cher l’électricité consommée et une compensation aux producteurs de gaz, le coût total étant inférieur à ce qu’il aurait payé sans ce mécanisme pour une question de volume : le coût du gaz n’est payé que pour l’énergie produite par le gaz, et non pour toute l’énergie produite comme ce serait le cas sans ce mécanisme. (Pour plus de détails, nos articles précédents sur ce sujet sont disponibles : TIMES THEY ARE A-CHANGIN’ – Exception Ibérique & Analyse de l’exception ibérique (3 derniers mois)).

Ces dernières années, le prix de l’électricité en Espagne a suivi les mêmes tendances que dans le reste de l’Europe, le prix moyen étant plus élevé que dans d’autres pays comme la France et l’Allemagne, mais moins élevé que dans des pays comme l’Italie.

Entre 2018 et 2020, le prix moyen journalier de l’énergie en Espagne était légèrement inférieur à 49€/MWh, soit un peu plus qu’en France (44,5€/MWh) et en Allemagne (40,5€/MWh), mais moins qu’en Italie (54€/MWh).

En 2021, la reprise économique qui a suivi la COVID a considérablement augmenté la demande d’énergie. Cependant, en raison de la COVID elle-même, les infrastructures énergétiques n’étaient pas en parfait état (de nombreuses opérations de maintenance et investissements ont été reportés pendant la pandémie), ce qui, associé à des conditions météorologiques défavorables dans de nombreuses régions d’Europe, a fait que l’offre a eu du mal à répondre à la demande et que les prix de l’énergie ont commencé à augmenter.

Au milieu de tout cela, la Russie a commencé à réduire les livraisons de gaz vers l’Europe comme mesure de pression en réponse à ses manœuvres militaires à sa frontière avec l’Ukraine, augmentant le prix du gaz et donc le prix de l’électricité. Malheureusement, la Russie a décidé d’envahir l’Ukraine en février 2022, ce qui a aggravé la situation : l’Europe a imposé une série de sanctions tandis que la Russie limitait de plus en plus ses exportations de gaz vers l’UE.

En Espagne, les prix sont passés de moins de 49€/MWh en moyenne sur la période 2018-2020 à 153€/MWh en moyenne au second semestre 2021, puis à 214€/MWh en moyenne au premier trimestre 2022. Cette hausse vertigineuse des prix a été observée dans toute l’Europe :

Comme le montre le tableau ci-dessus, la France et l’Allemagne affichent une augmentation des prix plus importante que l’Espagne ou l’Italie. Cela s’explique par le fait que l’Europe centrale était confrontée à un problème supplémentaire à ce moment, à savoir ; la faible disponibilité du parc nucléaire français, essentiel à l’approvisionnement en électricité de la région. Pour plus de détails, voir notre Newsletter : L’énergie nucléaire en France : un défi en perspective.

Et c’est à ce moment-là, alors que les prix moyens journaliers battaient des records jour après jour, que l’exception ibérique entre en jeu, après des discussions difficiles avec la Commission européenne. Le graphique ci-dessous montre clairement comment, avant l’entrée en vigueur du mécanisme, les prix de l’électricité en Espagne se situaient autour des prix européens, alors que depuis son entrée en vigueur, le prix final répercuté sur le consommateur[1] est inférieur à la moyenne européenne. Plus précisément, il est inférieur de 57% au second semestre 2022 et de 28% jusqu’à présent en 2023.

Cette étude pourrait être affinée en calculant ce qu’aurait été le prix moyen journalier sans l’impact du plafonnement du prix du gaz, et en le comparant au prix répercuté sur le consommateur. Cependant, les résultats ci-dessus montrent clairement le résultat positif de ce mécanisme, indépendamment des ajustements quantitatifs qu’une analyse plus approfondie pourrait apporter.

Certains aspects opérationnels de l’exception ont été controversés. Par exemple, la manière dont le prix d’ajustement du mécanisme est répercuté sur les consommateurs finals, en décalage avec le coût de l’énergie. Cela entraîne des déséquilibres de trésorerie au niveau du consommateur final, ce qui est précisément l’un des problèmes que l’on voulait éviter.

Un autre aspect à prendre en compte est celui des signaux du marché : si les prix de l’électricité restent bas en période de crise énergétique, il n’y a pas d’incitation à économiser sur la consommation d’électricité. D’ailleurs, si nous comparons les chiffres de la consommation d’électricité pour 2022 à ceux de 2020, nous ne constatons pratiquement aucune réduction de la demande. Cependant, les signaux sont toujours présents bien qu’atténués dans les factures des consommateurs qui ont vu leurs coûts augmenter de manière significative.

Il y a également eu des spéculations sur la façon dont l’exception ibérique traite les interconnexions avec la France et la question de savoir si l’Espagne subventionne l’énergie française. Tout d’abord, il convient de noter que les interconnexions de la péninsule ibérique avec la France sont minimes, représentant à peine 2,8% de la capacité installée en l’Espagne. C’est précisément ce niveau minimal d’interconnexion qui a permis l’approbation de ce mécanisme exceptionnel, dont l’impact sur le reste de l’Europe est considéré comme négligeable. Deuxièmement, la rente de congestion garantit que la France paie 50% du coût différentiel de l’énergie exportée (différence de prix entre l’Espagne et la France) à l’Espagne. Compte tenu de ce fait, les consommateurs espagnols paient effectivement une compensation au titre du plafonnement du gaz dont la France bénéficie en partie.

Dans l’ensemble, l’exception ibérique semble remplir son objectif de protection des consommateurs contre la hausse des prix de l’énergie. De plus, elle le fait sans affecter substantiellement le marché libre (contrairement au gel des tarifs qui a conduit au déficit tarifaire au début du siècle). Certains aspects pourraient certainement être améliorés, mais il a montré que le découplage des marchés de l’électricité et du prix du gaz est possible et peut être utile en période de crise comme celle que nous traversons. La proposition de réforme du marché de l’électricité menée par l’Espagne et soutenue par d’autres pays comme le Portugal et la France s’est inspirée de ce mécanisme et a proposé un découplage structurel des technologies tels que le cycle combiné ou le stockage (voir la Newsletter : Réforme du marché de l’électricité : proposition de l’Espagne). Cependant, le statu quo prévaut généralement face à des changements aussi profonds, et la proposition finale de Bruxelles n’inclut aucun mécanisme de ce type.

Manuel Domínguez León

[1] Prix du marché journalier plus l’indemnisation aux producteurs de gaz pour le plafond du gaz.

Suscribe to our Newsletter

Each month, one of our experts publishes an article describing his view on a specific topic of the constant changes taking place in the energy market, with special focus on the French market.

S'abonner à notre newsletter

Chaque mois, un de nos experts publie un article décrivant son point de vue sur un sujet spécifique choisi parmi les changements constants affectant le marché de l’énergie, avec un focus particulier sur le marché français.

Expérience professionnelle

Céline, jeune active dynamique, a fait ses premiers pas dans le monde du travail dans le domaine du tourisme en tant que community manager au Loups du Gévaudan, en Lozère. En rejoignant l’équipe HES en novembre 2021, elle a souhaité diversifier ses connaissances : se former dans le secteur énergétique, se spécialiser dans les stratégies marketing afin de développer les relations clients de l’entreprise ; tout en approfondissant ses compétences en coordination et gestion de projets.

Formation

Céline est diplômée d’une double licence Espagnole – Anglais en Langue, Littérature et Civilisation Etrangère à la Sorbonne IV (2018). Elle a aussi obtenu un Master II en Direction de Projets ou Etablissements Culturel, spécialité Tourisme International. Elle a également étudié à l’étranger, à University of London (Angleterre) et Universidad de Morón (Argentine).

Céline Haya Sauvage

Responsable Marketing

DSC_0323

Conseil en investissement

« La décarbonisation des secteurs de l’énergie et des transports est sans doute aujourd’hui le principal moteur économique de l’industrie. »

Expérience professionnelle

Il a débuté sa carrière dans le génie civil en tant que chef de projet en France, en Martinique et en Australie. Par la suite, il devient directeur général d’une filiale au Venezuela. En 1992, il crée une filale pour Dalkia en Allemagne (chauffage urbain, cogénération et partenariats) et représente Véolia en Thaïlande. En 2000, il a ouvert le bureau commercial d’Endesa en France pour profiter de la libéralisation du marché de détail. A partir de 2006, en tant que responsable du développement chez Endesa France, il a dirigé le plan d’Endesa pour la production à cycle combiné gaz en France et a simultanément développé le portefeuille éolien et photovoltaïque de la Snet. Philippe Boulanger a ensuite travaillé pendant 3 ans au siège d’E.ON pour coordonner les activités de l’entreprise en France. Il a été fortement impliqué dans le projet français de renouvellement de la concession hydroélectrique. En tant que Senior Vice President – Project Director chez Solvay Energy Services d’avril 2012 à février 2014, il était en charge des projets de déploiement H2/Power to gas et d’accès direct au marché européen. Philippe est un expert pour HES depuis 2014.

Formation

Philippe Boulanger est ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts & Chaussées (France) et possède une expérience combinée de plus de 25 ans en énergie et infrastructures. En plus de l’anglais, M. Boulanger parle couramment le français, l’allemand et l’espagnol.

Philippe Boulanger

Electricity Expert

HES-Philippe-Boulanger
« Le monde est en train de changer. De nouveaux investisseurs accordent une attention particulière au secteur de l’énergie alors que les acteurs historiques adaptent leur position sur le marché. »

Expérience professionnelle

Antonio a commencé sa carrière dans le secteur de l’électricité en 1991 en tant que membre de l’équipe du directeur général de Sevillana de Electricidad (Espagne). En 1997, il était responsable de la réglementation commerciale chez Endesa Distribution. En 2000, il rejoint le département M&A européen d’Endesa. Il a été nommé CEO d’Endesa Power Trading Ltd en 2003. En 2004, il devient Directeur de la gestion de l’énergie de la SNET (France) et en 2008, il est nommé Directeur Général de cette société. En 2009, il a occupé le poste de Directeur du Développement Entreprise d’E.ON France. En 2011, il a fondé Haya Energy Solutions (HES), une société de conseil qui aide les entreprises à optimiser leur chaîne de valeur : de la définition de la stratégie aux opérations quotidiennes, en s’appuyant sur une solide expérience et une bonne compréhension de l’industrie de l’énergie. De 2015 à 2018, Antonio a été Président de Celest qui opère 2 CCGT françaises (420MW chacune), détenues par KKR. Fin 2018, il rejoint Asterion Industrial Partners, un fonds d’investissement dédié aux infrastructures, en tant que partenaire opérationnel.

Formation

Ingénieur industriel de l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs de Séville (Espagne) et titulaire d’un MBA de Deusto (Espagne).

Antonio Haya

PDG