Gaz : l’Europe est-elle prête à affronter l’hiver 2023/2024?

A la suite de l’attaque russe contre l’Ukraine en février 2022, les marchés européens du gaz ont connu une période de fortes turbulences. La crainte de stockages vides et de pénurie de gaz pour l’hiver 2022/2023 a propulsé les prix à près de 350€/MWh, à la fin du mois d’août 2022.

Un an plus tard, grâce à un recours massif au GNL en provenance des Etats-Unis, à de fortes réductions de la consommation (domestique et industrielle) et à un hiver doux, la situation semble être revenue à celle qui prévalait jusqu’à la mi-2021 – lorsque la Russie a commencé à réduire subrepticement ses livraisons de gaz à l’Europe, six mois avant son attaque contre l’Ukraine.

De nombreuses mesures ont été prises, tant au niveau de l’UE qu’au niveau national, pour se préparer à l’hiver prochain. Mais la situation est-elle aussi maîtrisée qu’il n’y paraît ?

Lancé en mai 2022, le plan REPowerEU a aidé l’UE à se préparer pour remplacer les importations de gaz russe (voir Newsletter de juin 2022 : REPowerEU : Les coûts « verts » et économiques sont-ils en jeu ?). Parmi ses principales réussites, l’UE a réduit sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes, diminué sa consommation d’énergie de près de 20% (15% pour le gaz) et introduit un mécanisme de plafonnement du prix du gaz.

Depuis septembre 2022, le gaz russe ne représente plus que 8% de l’ensemble du gaz importé par pipeline dans l’UE, contre 41% d’importations russes dans l’UE en août 2021.

Une plateforme commune d’achat de gaz a été mise en place, ce qui a permis à l’UE d’attirer des offres de la part de 25 fournisseurs, en mai dernier, soit l’équivalent de plus de 13,4 milliards de mètres cubes de gaz.

Mais surtout, l’UE a décidé de remplir ses stockages souterrains de gaz à 90% de leur capacité d’ici le 1er novembre de chaque année. L’atteinte de cet objectif est en bonne voie avant l’hiver prochain :

Suivi des perspectives d’approvisionnement saisonnières – Source ENTSOG

Cela suffira-t-il ? Il est peu probable que la consommation de gaz continue à baisser comme l’année dernière – la consommation de gaz dans l’industrie a été fortement touchée en raison de l’anticipation de prix élevés, et l’hiver a été doux. Un hiver froid serait une mauvaise surprise.

Le niveau de la demande de gaz pour la production d’électricité jouera également un rôle important – l’hiver dernier, l’indisponibilité du parc nucléaire français d’EDF a aggravé les problèmes. Et, il y a encore 22 réacteurs indisponibles, à l’heure actuelle, sur les 56 exploités par EDF.

Du côté de l’offre, de nouveaux terminaux GNL seront mis en service cet hiver, à commencer par l’installation de stockage et de déchargement flottante de gaz de TotalEnergies au Havre, prévue pour septembre.

Cependant, les prix du GNL sont internationaux et dépendent de l’appétit pour le gaz dans d’autres parties du monde, en particulier en Asie. La Chine connaît actuellement une reprise économique stimulée par la fin des restrictions de la Covid, mais elle semble encore quelque peu fragile. Le degré de cette reprise jouera un rôle important dans le niveau des prix du GNL.

L’Europe est également extrêmement dépendante des importations de gaz norvégien. Des problèmes à l’usine de GNL norvégienne de Snøvit, ainsi que des travaux de maintenance sur des installations de production de gaz sur le plateau norvégien, ont récemment conduit à des restrictions des flux de gaz vers l’Europe, déclenchant une remontée des prix du gaz. Cela nous rappelle à quel point l’Europe est exposée au moindre incident dans ce pays, pour remplacer le gaz russe.

Enfin, au niveau français, l’interruption des importations de gaz russe depuis l’été dernier a donné lieu à une carte des flux gaziers jamais anticipée auparavant :

Carte des flux gaziers – Source GRTgaz

Les restrictions de flux sont désormais observées dans la direction du sud-ouest vers le nord-est, alors que les limites de congestion du réseau se produisaient auparavant dans le sens inverse. Une gestion prudente des soutirages de gaz en stock devra être mise en œuvre afin de préserver les réserves de gaz dans les stockages du nord, tout en maximisant les retraits dans le sud-ouest.

Globalement, un maximum de précautions a déjà été pris pour se préparer à l’hiver prochain, mais beaucoup reste encore à faire. Il n’y a pas de filet de sécurité et le moindre problème imprévu du côté de l’offre, comme par exemple des perturbations en Norvège, un déplacement du GNL vers l’Asie, ou du côté de la demande, comme par exemple un hiver très froid, une forte demande de gaz pour la production d’électricité pour compenser la production nucléaire, pourrait entrainer de forts mouvements des prix. Il est fort probable que les prix du gaz connaîtront, à nouveau, une importante volatilité cet hiver… malheureusement !

Philippe Lamboley

Suscribe to our Newsletter

Each month, one of our experts publishes an article describing his view on a specific topic of the constant changes taking place in the energy market, with special focus on the French market.

S'abonner à notre newsletter

Chaque mois, un de nos experts publie un article décrivant son point de vue sur un sujet spécifique choisi parmi les changements constants affectant le marché de l’énergie, avec un focus particulier sur le marché français.

Expérience professionnelle

Céline, jeune active dynamique, a fait ses premiers pas dans le monde du travail dans le domaine du tourisme en tant que community manager au Loups du Gévaudan, en Lozère. En rejoignant l’équipe HES en novembre 2021, elle a souhaité diversifier ses connaissances : se former dans le secteur énergétique, se spécialiser dans les stratégies marketing afin de développer les relations clients de l’entreprise ; tout en approfondissant ses compétences en coordination et gestion de projets.

Formation

Céline est diplômée d’une double licence Espagnole – Anglais en Langue, Littérature et Civilisation Etrangère à la Sorbonne IV (2018). Elle a aussi obtenu un Master II en Direction de Projets ou Etablissements Culturel, spécialité Tourisme International. Elle a également étudié à l’étranger, à University of London (Angleterre) et Universidad de Morón (Argentine).

Céline Haya Sauvage

Responsable Marketing

DSC_0323

Conseil en investissement

« La décarbonisation des secteurs de l’énergie et des transports est sans doute aujourd’hui le principal moteur économique de l’industrie. »

Expérience professionnelle

Il a débuté sa carrière dans le génie civil en tant que chef de projet en France, en Martinique et en Australie. Par la suite, il devient directeur général d’une filiale au Venezuela. En 1992, il crée une filale pour Dalkia en Allemagne (chauffage urbain, cogénération et partenariats) et représente Véolia en Thaïlande. En 2000, il a ouvert le bureau commercial d’Endesa en France pour profiter de la libéralisation du marché de détail. A partir de 2006, en tant que responsable du développement chez Endesa France, il a dirigé le plan d’Endesa pour la production à cycle combiné gaz en France et a simultanément développé le portefeuille éolien et photovoltaïque de la Snet. Philippe Boulanger a ensuite travaillé pendant 3 ans au siège d’E.ON pour coordonner les activités de l’entreprise en France. Il a été fortement impliqué dans le projet français de renouvellement de la concession hydroélectrique. En tant que Senior Vice President – Project Director chez Solvay Energy Services d’avril 2012 à février 2014, il était en charge des projets de déploiement H2/Power to gas et d’accès direct au marché européen. Philippe est un expert pour HES depuis 2014.

Formation

Philippe Boulanger est ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts & Chaussées (France) et possède une expérience combinée de plus de 25 ans en énergie et infrastructures. En plus de l’anglais, M. Boulanger parle couramment le français, l’allemand et l’espagnol.

Philippe Boulanger

Electricity Expert

HES-Philippe-Boulanger
« Le monde est en train de changer. De nouveaux investisseurs accordent une attention particulière au secteur de l’énergie alors que les acteurs historiques adaptent leur position sur le marché. »

Expérience professionnelle

Antonio a commencé sa carrière dans le secteur de l’électricité en 1991 en tant que membre de l’équipe du directeur général de Sevillana de Electricidad (Espagne). En 1997, il était responsable de la réglementation commerciale chez Endesa Distribution. En 2000, il rejoint le département M&A européen d’Endesa. Il a été nommé CEO d’Endesa Power Trading Ltd en 2003. En 2004, il devient Directeur de la gestion de l’énergie de la SNET (France) et en 2008, il est nommé Directeur Général de cette société. En 2009, il a occupé le poste de Directeur du Développement Entreprise d’E.ON France. En 2011, il a fondé Haya Energy Solutions (HES), une société de conseil qui aide les entreprises à optimiser leur chaîne de valeur : de la définition de la stratégie aux opérations quotidiennes, en s’appuyant sur une solide expérience et une bonne compréhension de l’industrie de l’énergie. De 2015 à 2018, Antonio a été Président de Celest qui opère 2 CCGT françaises (420MW chacune), détenues par KKR. Fin 2018, il rejoint Asterion Industrial Partners, un fonds d’investissement dédié aux infrastructures, en tant que partenaire opérationnel.

Formation

Ingénieur industriel de l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs de Séville (Espagne) et titulaire d’un MBA de Deusto (Espagne).

Antonio Haya

PDG